福島第一Fukushima, la catastrophe ne fait que commencer.

les conditions de travail actuelles sont dans la même optique que ce que l'on nous dit officiellement.

Comme toujours on nous prend pour des cons!

Vous écoutez les infos, on ne vous parle jamais de ce qui se passe dans cette maudite centrale de l’horreur, si ce n’est que pour vous balancer de communiqué très bref qui disent tous la même chose ! « Cela va de mieux en mieux ». Le 16 décembre sur France Info : « On a désormais réussit à réduire la t° au dessous de 100° » ! A les croire, on va bientôt pouvoir reconstruire une station balnéaire sur les cendres fumantes qui ont perdu toute radioactivité ! Du n’importe quoi ! Et c’est connu, pour la masse des « gens-moutons » plus c’est gros plus ça passe, et là on y met le paquet pour ce qui est du gros !!

 

Faire un travail énorme pour récupérer des infos véritable

En fait, parce que la désinformation est maintenant devenu la source pratiquement unique et surtout officielle sur la centrale de Fukushima, il faut aller à la pêche aux infos réelles, voir les caméras « non gouvernementales » qui filment 24h/24 ce qui se passe en directe à la centrale, les sites qui se sont spécialisés dans la  communication autour des nouvelles véritables et  vérifiées qui n’ont rien à voir avec ce que diffuse le gouvernement Japonais qui soi-disant veut à tout prix éviter des mouvements de paniques. C’est là qu’on s’aperçoit que la catastrophe ne fait que commencer.

En tous les cas, il faut savoir lire entre les lignes !

TEPCO et AREVA, les deux responsables de la catastrophe qui ne fait que commencer ne seront jamais poursuivi pour crime contre l'humanité dans ce millénaire.

L’entreprise d’Etat TEPCO en charge de l’usine atomique de Fukushima à diffusé un communiqué de presse le 2 novembre 2011 qui disait ceci : « Du Xénon133 et 135 ont été détecté à l’intérieur du réacteur n°2 ».

Cela vous parait peut-être anodin, un gaz de plus ou de moins !

Seulement là ou c’est grave c’est que les spécialistes connaissent la vérité et que les gouvernements aussi ! Mais personne ne veut en parler ! Pourquoi ? Chaque pays à son propre programme nucléaire, et tient à le continuer, il rapporte énormément d’argent au lobby nucléaire et ne met en danger finalement que la populace qui est considérée par les dirigeants, comme négligeable .bien sûr ceux là même que vous avez élu ! et qui se foutent bien de votre sécurité à partir du moment où ça leur rapporte profit et puissance.

 

le logo du Mouvement Contre l'Arme Atomique MCAA, surmonté de l'Hermine Bretonne

A l’époque du MCAA [Mouvement Contre l’Armement Atomique] et du MDPL[Mouvement pour le Désarmement la Paix et la Liberté] dans les années 60, nous les avons mis en garde contre ce qui arrive actuellement, moi-même secrétaire du mouvement et déjà fortement engagé, en 1969 je me trouvais parmi les manifestants sur le site de la Hague à côté de Cherbourg, et les CRS qu’on nous a envoyés étaient déjà le

Le MDPL, Mouvement pour le Désarmement, la Paix et la Liberté fut l’association qui garantit la continuité du MCAA

 signal fort d’un engagement dans le   nucléaire sans discussion du CEA et du gouvernement qu’il soit de droite ou de gauche, quand ça rapporte ! On se sert les coudes et on ne crache pas dans la soupe ! Mais le nucléaire comme l’Euro ne rapporte qu’aux industriels qui en profitent, pas à la masse des citoyens qui subit et subira tôt ou tard le sort des Japonais !

Le Xénon 133 et 135

Possèdent une origine bien particulière et chimiquement spécifique. Ces réactions chimiques procèdent d’une loi universelle de cause à effet, comme tout, ils sont la conséquence d’un processus unique.

 

Cette origine c’est tout simplement la « fission nucléaire ».

Les premiers à nous parler de ce phénomène (inconnu jusqu’alors) date de 1938, deux chimistes allemands Otto Hahn et Fritz Strassmann. Depuis, on a eu le temps de se documenter sur le phénomène qui est le suivant:

D’un côté prenons un noyau d’uranium (radioactif), d’autre part, un neutron, envoyons celui-ci violemment en pleine poire du noyau ! Suffisamment fort pour que ce neutron casse le noyau, alors dans le langage adéquat la « cassure de noyau » rigolote se nomme « fission nucléaire» beaucoup plus sérieuse car de cette expérience découle directement… la bombe atomique… dont on connait bien les ravages sur les masses populaires, des dommages collatéraux importants peuvent ainsi se transformer en catastrophe humanitaire sans émouvoir ceux qui l’ont prévue, décidée et menée à bien!

Et c’est ce qui s’est passé dans le réacteur n°2 de Fukushima !!

la t° serait de 75° selon TEPCO! Avec des bulletins d'infos pareils, il y a vraiment de quoi s'inquiéter, TEPCO prend vraiment les gens pour des imbéciles

Alors pourquoi nous dit-on le contraire de ce qui se passe réellement ?

Parce que c’est de plus en plus grave.

L’apparition de Xénon 133 et 135 dans le cœur du réacteur montre qu’il y a eu un phénomène de fission ! Ce qui prouve qu’il n’est nullement éteint ! et encore moins sous contrôle, car cette fission a eu lieu sans le consentement des autorités Japonaises!

ce qui prouve encore une fois que la catastrophe ne fait que commencer.

Maintenant il reste à connaître un autre paramètre, est ce que cette fission a été isolée ? Ou est-elle simplement le début d’une réaction en chaine ?

TEPCO à assuré qu’il n’y avait eu aucune réaction en chaine et que la T° était même de 75°! Un bon sauna en quelque sorte! moins que dans votre smart à 50km/h! Surprenant n’est-ce pas?

Mais Tepco cependant a toutefois injecté discrètement dans la nuit du mardi à mercredi 10 tonnes de solution aqueuse d’acide borique afin d’absorber les neutrons et de stopper un éventuel processus en chaîne! Alors? encore plus surprenant s’il n’y avait aucun risque!

Rappelons que chaque cassure d’un atome d’uranium s’accompagne en effet de la production de 2 ou 3 neutrons, lesquels risquent à leur tour de heurter d’autres noyaux d’uranium et de proroger ce phénomène.

Si c’est le début d’une réaction en chaine, le scénario de l’horreur a bel et bien commencé.

la fission nucléaire

La fission nucléaire en chaine à la particularité de dégager une masse de chaleur proche de celle du magma en fusion, loin des 75° annoncé par le responsable de cette catastrophe! C’est-à-dire qu’elle fait fondre les roches, donc le sol de la centrale fondra tout doucement sans que personne ne puisse imaginer intervenir, l’Homme est bien peu de choses lorsque les forces de la nature se déchainent, cette masse radioactive telle un petit soleil sera capable de traverser n’importe quoi jusqu’à ce que la force de gravité l’empêche de tomber plus bas! c’est-à-dire qu’elle se retrouve avec le magma lui-même, c’est le moment de mettre une caméra pour faire un véritable voyage au centre de la terre gratos !

déjà des alertes menaçaient la nappe phréatique à cause du Corium qui aurait dissout le sol

Trêve de plaisanterie, cette masse radioactive en fusion et en fission atteindra vite la nappe phréatique qui se mettra à bouillir comme le fait l’océan au contact de la lave de volcan, mise à part le plus détestable ici, la radioactivité qui n’existe pas dans le volcan ! la vapeur est compressible mais il y aura inévitablement des fissures par où vont sortir des jets brûlants de vapeurs radioactives sur des dizaines de km voire des centaines, nous n’avons encore jamais vécu un tel cataclysme et il est difficile de connaitre l’ampleur des dégâts possibles, en tout cas tout cela se fera d’une façon incontrôlable, et les mouvements de paniques inévitables d’autant que le territoire Japonais est l’un des plus peuplés, où mettre toute cette population ? Et que faire de ces immenses étendues qui ressembleront à l’environnement Tchernobylien ? Passant de terres  aux cultures biologiques mondialement connues comme les thés verts dans une nature préservée, à une terre lunaire désertique et désertée par l’homme et ou la nature devra muter pour survivre… La catastrophe ne fait que commencer.

 

Oublions ce scénario qui peut-être n’aura pas lieu,car de toute évidence le point de non-retour a déjà été atteint, il n’est plus possible de contrôler quoi que ce soit.

En espérant que la fission en chaine n’ait pas lieu, mais même sans cela, le gouvernement Japonais et TEPCO savent que la limite de non retour a été atteinte à Fukushima, que la catastrophe dépasse sans aucune mesure celle de Tchernobyl qui n’était finalement qu’une mise en bouche à côté du plat de résistance gargantuesque qui nous attend, car même si nous sommes loin du Japon, nous allons être affecté, c’est uniquement une question de « courants » surtout marins.  La catastrophe ne fait que commencer.

 

l’étude de l’IRSN mise en quarantaine par le gouvernement Français.

Il existe une étude qui est française mais qui n’a pas été diffusée sur les grands médias populaires – il y a 4 grands tabous qui sont interdits de diffusion dans notre France démocratique –

  1. divulguer la « vraie » vie de Pasteur,
  2.  le « véritable » objectif de la vaccination,
  3. la « vérité » sur l’islamisation de l’Europe et en particulier de l’Angleterre, de la Hollande, de la Belgique et de la France,
  4. la « vérité » sur le nucléaire et ses catastrophes quand elles se produisent.

Cette étude qui date du 27 octobre dernier, heureusement pour nous, largement diffusée à l’étranger, merci les étrangers, de nous « informer »  sur nos chercheurs de l’IRSN, l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire financé par l’ État français et ce qu’ils font pour nous tenir au courant !

 

Alors posons-nous encore la question pourquoi le gouvernement ne veut pas que nous sachions la vérité ?

Toujours les mêmes intérêts, cette étude démonte complètement les arguments du gouvernement japonais qui évoque dans tous leur communiqués de presse que les conséquences de cette accident nucléaire sont limités, et sous contrôle.

 

l’eau de mer, vecteur de dissémination radioactive

le "tsun à mis" la centrale sans dessus dessous

Des centaines de tonnes d’eau de mer ont été pompés et déversés sur les foyers radioactifs pour essayer de les refroidir, cette eau contaminée radioactive est retournée à la mer ou s’est infiltrés dans le sol et elle n’a pas pu être « gardée » à la centrale, à part quelques cuves, aucun bassin n’a été fabriqué à cet effet.

 

après le Xénon 133 et 135, voici le césium 137

Déjà cette eau là était radioactive et elle est bien repartie à la mer!

La quantité de césium 137 déversé dans l’océan pacifique a été finalement 30 fois supérieure à ce qu’a admis le gouvernement japonais, L’étude de l’IRSN montre que la quantité rejetée de césium correspond à plus de 27 « quadrillons »  de becquerels !

(27.000.000.000.000.000)

Une quantité inimaginable. Le rapport accablant note aussi que l’eau radioactive a été rapidement entrainée dans l’océan pacifique à cause des courants marins d’une force incomparable spécialement sur les côtes de Fukushima. La catastrophe ne fait que commencer.

 

L’océan pacifique est devenue une zone radioactive

Autrement dit je vous conseille dors et déjà de ne plus consommer aucun poisson, crustacé ou tout produit de la mer venant du pacifique, les produits dérivés sont malheureusement incontrôlable. Fukushima n’a pas fini de faire couler de l’encre et de nous empoisonner la vie, ça n’est que le haut de l’iceberg. Mais comme pour Tchernobyl, il faudra encore une fois que nos gouvernements nous donnent des excuses car les raisons ne sont plus acceptables ! 福島第一Fukushima, la catastrophe ne fait que commencer.

Dans mon prochain article je vous parlerai du vrai visage de ceux qui nous gouvernent qui n’est pas plus joli que le vrai visage de ceux qui sont gouvernés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *