1er cours de spiritualité

invisible, pourtant la non permanance est présente ici

La loi de non permanence et des changements imperceptibles mais réguliers

Une faible lueur apparait, timide, statique, par ma fenêtre aux rideaux jamais fermés… on la remarque à peine… moi non… tellement elle est lente à éclairer… à nous éclairer. Certes parce que la rotation imperceptible de la terre en est la cause, je ne perçois pas non plus le temps que met le jour à se lever. Et quand je m’en aperçois, c’est déjà fait ! Étrange ? Pas tant que ça, c’est une loi… Universelle.

 

L’Eveil physique

L’astre de lumière monte derrière la rangée de bouleaux qui le cachent un certain temps… Il faut en effet que la lueur soit devenue « jour » pour qu’il fasse soudain son apparition avec son rayon de lumière instantané se posant doucement mais avec persistance sur mon front encore endormi. Il éclabousse ma paupière, il me tire par les cheveux, il me fait escalader rapidement la paroi abrupte du monde de mes rêves qui finissent par s’évanouir… comme les millions de particules d’eau sortant d’un aérosol mental déchargé par la chaleur naissante.

 

Je cligne des yeux comme si c’était la première fois… je repense à mon premier jour sur la terre, non, je ne me souviens pas, j’imagine… jour de ma naissance… sortant… sans même jeter un œil à ce cocon maternel physiquement irréprochable dans lequel je baignais… pour me retrouver inondé… de lumière froide au touché, pénible à la vue, d’une odeur de blog opératoire qu’il me faudra éviter je le sens d’instinct ! Avant d’apprivoiser mon nouvel élément… peut-être bien que c’est moi qui doit m’apprivoiser…

 

Je dois me rendre à l’évidence, ma compréhension, la connaissance de ce qui n’est pas moi, d’un « extérieur », un monde extérieur autre… que moi, je ne peux seulement l’appréhender qu’au travers de mes sens… déjà, j’en ai pas des masses et j’ai l’impression qu’ils ne me disent pas la vérité… Ils me trompent… je suis mal parti, ou à condition que je connaisse cette autre Loi Universelle… Tout n’est qu’illusion. Alors c’est beaucoup plus clair et sympa.

Maintenant les choses n’ont d’importance que l’importance que je leur donne… Si je ne leur donne pas d’importance, de fait ! Elles n’ont plus d’importance ! Ouaaa ! Ce n’est pas seulement pratique… ça va très loin…

 

La Question brûlante

Cette lumière pénétrante qui m’était cachée et dont je n’avais aucune conscience, là, à l’intérieur où il faisait si bon vivre… Mais pourquoi diantre ai-je voulu passer de la pénombre à cette lumière aveuglante ? Je ne me suis jamais posé la question, est-ce vraiment moi qui ai voulu ? Ou quelque chose en moi qui m’y a poussé gentiment parce qu’à cette époque lointaine, nous étions amis… j’étais en contact direct avec elle…

Pourquoi, toujours dans un demi-sommeil éveillé mes pensées doucement se mettent en route comme un train de l’Himalaya, lentement… il est vrai que j’ai appris à les maîtriser, ça n’a pas été facile au début… justement ça me rappelle le jour où la lumière est entrée en moi… comme cette aube que je viens de vivre… la même tous les matins… Mais quand même un peu plus riche de connaissance aujourd’hui que la veille. La connaissance de moi-même que j’ai commencé à entreprendre dans ma dix-septième année de vie.

 

Je n’ai pas vu venir la lumière… comme ce matin !

Parce qu’elle vient si lentement, c’est comme quand j’étais enfant et que je voulais voir le mouvement… des aiguilles… de l’horloge… du clocher… du village… j’avais trouvé une astuce cependant ! Et j’en avais conclu qu’il y a toujours des solutions, il n’y avait pas d’aiguille des secondes en 1955 à cette horloge, alors je me cachais les yeux pendant un moment et quand je les rouvrais, l’aiguille avait changé de place ! Cela tenait du miracle !

 

Comment un objet inanimé pouvait bouger ?

J’avais la preuve sous les yeux, je ne me fatiguais jamais de cette expérience incroyable ! Elle m’ouvrait sur des tas de résonnements déjà ! Mais quand j’en parlais aux autres copains de la classe, leurs yeux se rétrécissaient au fur et à mesure que leur nez remontait, c’était mauvais signe.
Rappelez-vous ce que chantait Georges Brassens :

« Mais, les bo-nnes gens, n’aiment pas que, l’on suive une au-tre rou-te qu’eux, je ne fais pourtant de tort à personne, En n’écoutant pas, le clairon, qui, so-nne »

Les copains de classe, enfants, (ado, et plus tard aussi d’ailleurs)… soit ne me comprenaient pas, soit j’étais déjà catégorisé comme « bizarre ». Mon chemin prenait déjà celui de la poudre d’escampette hors des chemins battus, tortueux mais ô combien riche de sens, je laissais volontiers aux autres, le chemin goudronné que je détestais… aussi bien spirituellement que physiquement.

 

On vous goudronne les chemins que vous devez prendre

Et pour cause, un après-midi du mois d’aout, j’en avais testé l’amère vérité. A cette époque, sur les routes départementales, pas d’asphalte ! le goudron fondait et se liquéfiait au soleil, en culotte courte et chemisette du dimanche, je courais, sans savoir exactement pourquoi, je glissais dedans, sans savoir non plus pourquoi, et je m’étalais de tout mon « petit » ! Là j’avais compris pourquoi, surtout appris durement une Lois Physique qui ne laisse que peu de chance à ceux qui l’ignorent.

 

« Les Lois Universelles si elles sont ignorées, ne taillent pas dans la dentelle, n’ont pas d’État d’âmes (mauvais jeu de mots) n’ont pas de sentiments humains ni d’émotion comme nous les connaissons. Elles sont celles de la Vie. Pour les gens spirituels, ces Lois représentent tout à fait ce que l’Homme appelle « Dieu », Ce qui permet de comprendre par exemple pourquoi une enfant de 8 ans peut mourir dans un accident de voiture. Il y a une explication et un non respect des lois, ici, c’est facile, ce sont des Lois Physiques terrestres, un avant gout des Lois Universelles. La mère ne peut donc pas accuser Dieu de défaillance, mes défaillances viennent des êtres humains, jamais des Lois, Jamais de Dieu. »

Couvert de ce liquide brûlant de la tête aux pieds et aux mains et aux coudes alouette, bref, je connaissais ce qui m’attendais, je l’avais vu faire sur d’autres… décapé pendant plusieurs heures avec du beurre et un couteau… les chemins de montagne dés lors me convinrent à merveille. Il y avait tant à découvrir sur la vie ! Et j’avais le temps de penser à moi…

 

Les parents ont volé le temps à leurs enfants

Ce temps que les mômes aujourd’hui, n’ont plu ! Les parents leur ont volé. Entre les cours d’école et les cours de récré bruyantes et violentes, les cours de dance moderne, de piano, de math, et la console, la télé… ! Tout doit être prétexte pour s’échapper vers l’extérieur.

 

Voltaire disait :

« Le problème avec les Êtres Humains, c’est qu’ils veulent toujours « sortir », « voyager », visiter les autres et d’autres endroits… Ils ne prennent jamais le temps de s’asseoir au milieu de leur chambre, sur une chaise, , et de « rentrer » « voyager aussi » visiter son moi intérieur ».

 

La pensée qui nous met en rotation

Pourtant, il a suffit que je me déplace d’un quart de pas, d’un quart d’heure, d’un quart de pensée, d’un quart de solution, d’un quart de réponse, pour déplacer la focale de mon égo vers l’intérieur !

 

Comme la rotation de la terre si infime fut elle qui a permis au soleil de frapper mon œil après que le jour se soit levé sans que je m’en rendisse compte… comme la rotation de l’aiguille de l’horloge de mon enfance qui sonnait chaque heure mais que je ne voyais pas bouger… la rotation légère de mes pensées vers l’intérieur ont permis à cette lumière intérieur que chacun possède finalement, d’apparaître et d’illuminer tout mon être dans sa globalité.

 

Ca ne fut vraiment pas immédiat, j’ai entendu parler d’ « éveil » spontané, mais j’étais peut-être trop jeune, en tout cas, un jour on se réveille et on sait ! Ce jour là l’écran de fumée était complètement et à jamais dissipé.
Je comprenais beaucoup de choses alors, chacun à son écran de fumée qui lui cache son moi intérieur, pourquoi ? Parce que « l’initiation » est la part la plus importante qui sert, après l’éveil.

 

C’est quoi l’Initiation ?

C’est l’initiation chamanique que j’ai reçu après un long séjour en Afrique de l’Est qui m’a fait comprendre pourquoi cet écran de fumée est nécessaire pour cacher l’être intérieur.

 

L’initiation est une épreuve dont on sort avec plus de volonté, plus de persévérance, plus de confiance en soi, plus de connaissance sur soi et donc sur les autres, toutes ses qualités sont nécessaires pour poursuivre le chemin spirituel.

« L’initiation chamanique est une épreuve que l’on fait seulement quand on sait que l’on va s’en sortir non pas avec ce qui est décrit plus haut mais avec la vie sauve. Au regard des Lois Universelles, la vie d’un être humain ne représente rien, c’est à lui de les respecter point barre. Sinon il peut aller jusqu’à la perdre et ce, sans que les Lois en soient responsables. La première initiation dans notre société moderne existe aussi ! On ne passe au stade d’adulte que lorsqu’on sait prendre ses responsabilités ! Or combien de soi-disant adultes, même à 70ans continuent inlassablement à mettre la faute sur les autres, sur leurs parents, leur famille, leur société, leur gouvernement, et leur Dieu qui ne les écoute pas ! »

La prochaine fois je vous parlerai:

des initiés occidentaux,

de ce qui déclenche la rotation invisible et

de ce qui peut déclencher votr’ réveil et votr’ Éveil,

de l’Éveil au niveau mondial et

de ce qu’on attend d’un être éveillé.

One thought on “1er cours de spiritualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *