COMMENT DEVENIR CALME ET RELAXE EN TOUTES CIRCONSTANCES

colere

Les états émotionnels tels que l’avidité, la colère et l’angoisse existentielle sont pour le tout un chacun très difficiles à contrôler.

TRISTE CONSTAT

Il suffit d’aller dans un tribunal et écouter: Pourquoi l’avez-vous tué…? » La plupart des réponses se situent  dans la fourchette : »Chépa – j’ai pété un plomb – ça m’a énervé – etc » – Inutile donc au président d’en rajouter une couche dans le style: « Vous aurez tout le temps d’apprendre à contrôler vos pulsions derrière les barreaux ».

 

Vouloir contrôler ses pulsions est une utopie

En effet, il faut savoir que ces états émotionnels, ces pulsions sont directement liées aux pensées qui viennent dans la tête. Les pensées sont la conséquence de la relation entre « nos sens » avec « l’extérieur ».

Nos pensées circulent à la vitesse de la lumière, elles sont, fondamentalement, des flux énergétiques électriques.

Ces flux se dirigent soit vers la zone cervicale des pensées POSITIVES, soit vers la zone des pensées NÉGATIVES.

Puisqu’on sait maintenant que ces deux zones sont bien séparées, et comme on éduque le cerveau pour les mathématiques, le dessin, la musique, etc. On peut donc éduquer le cerveau aux pensées positives.

– Puis ces flux arrivés dans la zone adéquate forment une pensée qui déclenche une hormone qui est transmise par des neurotransmetteurs, de synapses en synapses par les neurones (grosso-modo), et tout ce processus ne prend qu’une à 2 secondes, pour obtenir  la « réaction » individuelle (en général sous forme d’adrénaline).

Autrement dit:

Il est impossible de contrôler ces pensées ( appelées pensées secondaires) dues aux états émotionnels soudains du quotidien.

Par contre, et heureusement, ce qui est contrôlable ce sont les pensées primaires, celles qui ne font pas partie des évènements du quotidien, mais celles qui nous viennent du comportement et de l’attitude que nous avons décidé d’adopter en amont.

 

LA SOLUTION

Cette attitude et ce comportement comprennent des exercices quotidiens tels que la méditation, les arts martiaux, l’étude de la spiritualité (quel quelle soit), avec les pratiques de l’amour inconditionnel, de la sagesse, de la compassion, de l’humilité, de la paix intérieure, du discernement, de l’harmonie entre nos deux maitres intérieurs : notre Ego et notre « nature de l’esprit », de la rencontre avec des maitres de sagesse spirituelle véritable (discernement), etc.

Nous nous apercevrons alors, que dans le quotidien, même si, à un évènement hors du commun, une pensée comme : « mais il est fou celui-là ! »,  ne va plus provoquer aucune sécrétion d’adrénaline comme c’était le cas au paravent. (Car le rôle de l’adrénaline est de faire bouger violemment les muscles en s’en prenant à l’objet, ou la personne, qui est responsable de sa sécrétion). N’a t’on pas vu une personne casser un objet qu’elle a elle-même acheté, parfois très cher, parce que cet objet ne veut pas marcher correctement et l’a énervé !

 

CONCLUSION

N’essayez plus de vouloir « contrôler » vos humeurs, si vous n’avez pas travaillé en deçà, en amont. C’est peine perdue, désespérant et frustrant, car doucement le laisser-aller prend la place et la volonté faiblit, finalement on abandonne parce qu’on se dit qu’on y arrivera jamais.

Vous devez laisser ces pensées venir, car comme dans la méditation, on ne peut pas leur interdire de se créer, mais si justement vous avez appris à méditer régulièrement, vous avez appris aussi à laisser ces pensées venir, se calmer d’elles-mêmes puis s’évanouir se dissiper d’elles-mêmes, sans aucune intervention de votre part ! Les unes après les autres, vous devenez un spectateur lointain assis sur le flan d’une montagne vous constatez que les pensées finissent par s’estomper d’elles-mêmes comme les nuages qui se forment et se « dé » forment pour s’évanouir sans votre intervention.

Exactement le même processus se produira avec les états émotionnels grands fournisseurs de pensées négatives, laissez-les venir, si vous avez travaillé en amont, régulièrement, votre comportement aura déjà changé, et vous en serez surpris vous-même, vous deviendrez spectateur comme pour la méditation ! Un drôle d’effet garanti !

Et vous développerez des pensées positives en conséquence du genre : « Cette personne m’a traité de connard… c’est son avis, pas le mien, elle ne doit pas être bien dans sa peau en ce moment, et si je l’invitais à prendre un verre et se calmer ? » – Ou bien encore : – j’ai remarqué que cela ne sert vraiment à rien de s’énerver et ne fait qu’envenimer la conversation, peut-être que si je lui dis d’un temps très bas et triste: « Cela me fait mal ce que tu dis là… » – Il va réagir autrement et se calmer ?

Travaillez aussi sur ce genre d’attitude de paix maintenant que le contrôle s’est opéré d’une façon simple et efficace, avoir le contrôle de soi, sans aucun effort, c’est merveilleux et cela nous rend heureux, et si nous nous sentons bien dans notre peau, nous pouvons faire de grandes choses et faire changer les attitudes des autres aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *