LA SAGA DE PASTEUR – ARTICLE 4

LA SAGA DE PASTEUR (suite)

 

À cette époque, Pasteur se déclarait très « napoléonien », mais après la chute de l’Empire et l‘avènement de la République, il ne fut pas embarrassé du tout, il enleva sa veste… et la retourna tout simplement, il se mit à courtiser les nouveaux venus. Il changea complètement de bord, comme le signalait le journal Impact Médecin du 19 février 1883. Et les nouveaux au pouvoir en furent ravi, De napoléonien il devint donc républicain, dans le monde du business, on ne s’arrête pas à si peu.

 

L’histoire de la rente de 25.000 Fr

Il obtint de son nouvel ami physiologiste républicain Paul Bert, membre de la commission du budget, qu’il fit un rapport à l’Assemblée nationale afin de se faire attribuer une « récompense nationale » sous forme d’une rente annuelle de 12.000 francs – portée ensuite, puisque ça avait marché,  à 25.000 francs – pour avoir sauvé la sériciculture. Après ce coup là, Pasteur ne se sentant plus (pisser) de joie, ouvrit son bec en laissant tomber rien du tout, et ne le referma plus jusqu’à sa mort.

 

Revenant un peu sur cette magouille pour se procurer ces 25.000 FR au frais de la princesse « République » et parlons un peu de Paul Bert.

Paul Bert

Un contestataire, d’origine  janséniste, rentre à polytechnique mais qui ne sera jamais diplômé, fasciste avant l’heure, mais grand révolutionnaire, très influent  auprès du gouvernement lui aussi révolutionnaire, il a fait une brillante carrière politique, il est à l’origine de manuels scolaires qui décrivait à cette époque la supériorité de la race blanche. Il n’avait qu’une envie celle de rentrer à l’Académie des sciences malheureusement, on ne voulait pas d’un libertin dans les rangs de cette institution, en plus un homme qui affichait ouvertement son athéisme.

 

Pasteur flaire la bonne affaire

Paul Bert raconte lui-même que Pasteur au courant de son désir de rentrer à l’académie des sciences serait venu le trouver et lui aurait tout simplement proposé le deal, Pasteur profitant de son influence, le faisait rentrer à l’académie, en contrepartie, Bert lui assurait l’attribution d’une rente à vie. Ce qui fut fait rapidement ! Au détriment de Davaine qui aurait du recevoir la récompense, il était le protecteur de Pasteur depuis le début de sa carrière, mais Pasteur n’en avait plus besoin et s’attribua même une grande partie de ses travaux. Davaine trahit ne s’en remis jamais.

 

 

La morale bafouée

Le résultat du « bien mal acquis ne profite jamais » n’avait aucune prise sur Pasteur, qui fut de ce fait, récompensé pour sa félonie sur Béchamp, s’étant accaparé ses travaux sur la « théorie parasitaire », et cerise sur le gâteau, n’aimant pas  voir Béchamp dans la sphère universitaire parce que son mensonge risquait d’être découvert, il fomenta une intrigue pour lui faire perdre son poste universitaire.

 

L’histoire des ferments solubles

Puis en 1878 il y eu aussi cette affaire des «ferments solubles », ce qui donna lieu à une bataille rangée entre Pasteur et le chimiste Berthellot pendant presque 2 années, et là encore Pasteur va utiliser l’arme avec laquelle il s’est si brillamment battu contre Béchamp, l’ imposture est devenue son cheval de bataille. D’abord il refusa de reconnaître l’évidence et maintint  sa croyance en la théorie de la génération spontanée. Puis il déclara qu’en fait il était à l’origine de ses travaux et se les accapara !

La prochaine fois, nous rentrons dans le vif du sujet de la « vaccination ».

Nous allons voir comment Pasteur « donna » la rage à un enfant et le tua tout simplement à petit feu, le scandale sembla éclater mais encore une fois Pasteur avec de sérieux appuis, su manœuvrer habilement. Alors que son propre associé  ne voulu pas continuer dans ses conditions, car il disait que son vaccin était un véritable poison, ce qui n’empêcha pas Pasteur de l’utiliser sciemment.

One thought on “LA SAGA DE PASTEUR – ARTICLE 4

  1. Frenchie dit :

    You know what, I’m very much inclined to agree.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *