POURQUOI S’OCCUPER DE SA SANTÉ QUAND ON EST PAS MALADE

C’est une très bonne question!

Je ne vais cependant pas vous répondre en vous donnant les raisons pour lesquelles il faut s’occuper de sa santé. Mais je vais vous dire ce qui va se passer si vous ne le faites pas!

Shootés!

C’est comme pour les défoncés, les alcoolos, les fumeurs, j’ai une méthode personnelle que je propose sur Internet pour « Arrêter de fumer définitivement sans prendre du poids« . Chacun sait que c’est mauvais pour la santé, le dire ne sert à rien, mais décrire ce qui va finir par arriver, à une autre portée. C’est la même chose avec sa santé globale.

un mauvais réflexe

A moins que vous soyez un connaisseur des médecines naturelles, le jour où vous tombez malade, votre première pensée n’est pas de vous soigner par vous-même, mais d’aller chez le médecin.

« Welcome to the health market! »

Ne vous en faites pas,

On va s’occuper de vous!

Un exemple classique et dramatique,

d’une dame qui n’avait pas de maladie exceptionnelle autre qu’un rhume ou une grippe de temps en temps (qu’elle aurait facilement pu éviter d’ailleurs). Au moment de mettre au monde, elle avait prévu d’accoucher sous péridurale (piqûre qui permet de ne pas souffrir mais qui peut être aussi évitée avec diverses méthodes d’accouchements naturels). La péridurale n’est pas sans effets secondaires, voici les plus courants :

1) Extraction instrumentales pour pallier la déficience du réflexe expulsif du à l’injection d’ocytocine.

2) Infection nosocomiale

3) Douleurs dans le bas du dos, à l’endroit de l’injection, qui peuvent ne plus jamais cesser après l’accouchement.

4) Maux de tête qui peuvent se produire 12 à 24 heures après l’injection, et qui peuvent perdurer indéfiniment.

5) Provoquer une réaction allergique etc… la liste est trop longue et rentre dans des descriptions purement médicales, etc…

Cette dame, qui a finit par venir me consulter, m’a raconté ce qu’elle a souffert, elle avait alors 24 ans, mais le jour où elle pousse la porte de mon cabinet de médecine naturelle, elle dit qu’elle vient me voir parce qu’elle subit des traitements depuis 23 ans sans rémission aucune, et que cela n’est pas fini…

Un récit hallucinant mais cependant banal!

Après l’accouchement ce sont les douleurs de la péridurale dans le bas du dos qui ne l’ont pas quitté, elle est donc allé voir son médecin qui lui a prescrit –

1) du Perviam®, un analgésique à base d’ ibuprofène, un anti-inflammatoires non stéroïdiens que l’on peut se procurer en pharmacie, conséquence:

2)  son bébé qu’elle allaitait à commencé à avoir des problèmes! (qui par la suite se sont révélés irréversibles).

En effet ça n’est pas très recommandé pour les mamans qui allaitent. Elle a donc préféré arrêter d’allaiter son enfant (le privant d’anticorps et d’une nutrition des plus exceptionnellement riches pour un être humain en développement) pour prendre des médicaments qui lui faisaient du mal. Avait-elle le choix? lui a-t-on laissé le choix ? Lui a-t-on proposé une alternative? (Elle aurait pu continuer à allaiter et se diriger vers des méthodes naturelles très efficaces contre la douleur).

3) Pendant ce temps les douleurs de dos continuaient, alors on lui a prescrit des « endorphines » analgésiques spécifiques et puissants dont je ne citerai pas de noms pour divers raisons. Toujours sans effets bénéfiques pour son dos d’ailleurs. Conséquence:

3) Nulle. Alors à cause de ces douleurs qui empêchaient toute activité, on lui a alors prescrit d’autres médicaments, (mais je vais abréger parce que ce serait un vrai roman)! Puis:

4) Analgésique hyper puissant morphinique – Conséquence:

5) Hypotension orthostatique (chute de la pression artérielle) – Conséquence:

6) Ischémie (baisse d’oxygénation) – Conséquence:

7)  Douleurs au niveau du cœur, insuffisance cardiaque, infarctus évité de justesse. Conséquence:

7) traitement hospitalier (inconnu), une opération : angioplastie – Conséquence:

8) on lui prescrit des antiagrégants plaquettaires – Conséquence:

9) ulcère gastroduodénal (à cause de tous ces traitements) – Conséquence:

10) On continue à lui administrer des médicaments, mais parallèlement, on pratique toute une série d’analyses et une batterie d’examens:

échographie

    – tomodensitométrie (scanner)

     – endoscopie

    – IRM

     –  fibroscopie oeso-gastro-duodénale

     – et une coloscopie pour finalement lui déceler un cancer de l’intestin!

Comprendre la situation

C’est dans cette situation qu’elle arrive car on va la soumettre au protocole habituel des cancers… Conséquence:

elle est à bout, elle me dit qu’elle préfère mourir…elle parait 70 ans…

Comment n’a t-elle pas penser à cesser ce cercle vicieux de Conséquence: « avant »?

– « Aviez-vous connaissance de traitements alternatifs? De médecines naturelles? De praticiens dignes de confiance? »

-« Oui, mais les médecins disent que ce sont tousdes charlatans, et puis surtout, ça n’est pas remboursé par la sécurité sociale! »

Il a fallu 23 ans de souffrance pour qu’enfin, elle se risque à des médecines douces! Les aprioris ont à ce point la vie dure?

CONCLUSION

Alors, n’attendez pas d’en arriver là! Parlez avec les malades dans votre famille! Voyez leur parcours médical!Avez-vous envie de suivre leur exemple et de devenir des malades à vie? Alors que vous êtes sur le site de Bien-être à vie!

Faites de la prévention!

Car le jour où vous aurez besoin d’être soigné, et que vous ne saurez pas le faire par vous-même, vous n’aurez peut-être pas le bon réflexe! Celui de franchir la porte d’un praticien de médecine naturelle!

La santé n’est pas innée même si elle est naturelle.

Réflexion:

On a demander à sa Sainteté le Dalai Lama :

– « Qu’est ce qui vous surprend le plus dans l’humanité? »

il a répondu:

Les hommes …

Parce qu’ils perdent la santé pour accumuler de l’argent.

Ensuite ils perdent de l’argent pour retrouver la santé.

« Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir …

Et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu. »

 

One thought on “POURQUOI S’OCCUPER DE SA SANTÉ QUAND ON EST PAS MALADE

  1. Justice dit :

    What a great rescue this text is.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *